Le NON propose trois forums. Le premier est public, accessible à tous. Le second est réservé aux adhérents du NON et n’apparaît qu’à eux. Le troisième accueille les questions techniques sur le forum. Dans tous les cas, veuillez vous identifier ou vous inscrire pour participer aux discussions. Votre contribution au débat est vivement appréciée.
Chronique du changement de civilisation
  • La veille de Noël, dans une église catholique d’un petit bourg en France où je passais quelques jours en famille, j’ai assisté à une scène étonnante qui me semble marquer à sa façon le changement de civilisation en cours, et même déjà bien avancé.

    La nef était à demi-remplie pour assister, non pas à un culte, mais à un spectacle préparé et interprété par les enfants et les jeunes de la paroisse. L’évêque du diocèse dont relève ladite paroisse avait fait le déplacement. De nombreux déambulateurs et fauteuils roulants signalaient la présence de pensionnaires des EHPAD voisins. 

    Le spectacle achevé, on nous annonça qu’avant de partager un goûter offert par la paroisse, nous allions écouter deux musiciens interpréter une chanson en hommage aux victimes du Bataclan. Nous sommes restés sagement assis et les musiciens annoncés se sont installés.

    C’est ainsi que, dans une église catholique, dans la France de 2015, nous avons entendu, en nous pinçant pour vérifier que nous ne rêvions pas, la chanson suivante :

    Imagine there's no heaven
    It's easy if you try
    No hell below us
    Above us only sky
    Imagine all the people
    Living for today...

    Imagine there's no countries
    It isn't hard to do
    Nothing to kill or die for
    And no religion too
    Imagine all the people
    Living life in peace...

    You may say I'm a dreamer
    But I'm not the only one
    I hope someday you'll join us
    And the world will be as one

    J’étais sidéré. Je regardais autour de moi, guettant quelques réactions. Personne, ni le curé, ni même l’évêque, ne jugea nécessaire d’intervenir. N’étant pas de la même confession, je me tins coi et n’osai exprimer mon indignation à mes proches qu’au sortir de l’église. 

    En décembre 2015, la chronique du changement de civilisation retiendra qu’il semblait tout à fait naturel à des chrétiens assemblés dans leur église, qu’on leur annonçât la veille de Noël qu’il n’y avait plus ni ciel, ni enfer, et qu’il aurait mieux valu qu’il n’y eût plus de religion non plus.