Le NON propose trois forums. Le premier est public, accessible à tous. Le second est réservé aux adhérents du NON et n’apparaît qu’à eux. Le troisième accueille les questions techniques sur le forum. Dans tous les cas, veuillez vous identifier ou vous inscrire pour participer aux discussions. Votre contribution au débat est vivement appréciée.
Que penser des récents événements d’Ajaccio ?
  • Que penser des récents événements d’Ajaccio où, à la suite d’une agression de pompiers particulièrement violente, une manifestation de protestation s’est déroulée dans un quartier « sensible » aux cris de « on est chez nous » et « dehors les arabes », et où fut endommagée une salle de prière – non déclarée – pour musulmans ?

    Depuis des années, partout en France, des pompiers, des médecins, la police même, subissent des attaques de plus en plus fréquentes et violentes sans que rien de sérieux ne soit fait par l’État pour y mettre fin. Prisonniers de leurs calculs clientélistes, les socialistes au sourire figé dansent sur le volcan sur l’air du « pasdamalgam », et les habitants attendent toujours la livraison du Kärcher que leur avait jadis promis un bonimenteur de talent.

    Faut-il nous attrister qu’une réaction populaire se soit enfin manifestée ? Il faudrait nous indigner avec Mélenchon de ce « premier pogrom en France » ? Un « pogrom », vraiment ? Mais où sont les molestés, les blessés, où sont les charniers, qu’a-t-on pillé, qui fut tué dans les « Jardins de l’Empereur » ? On connaît bien en France ce tour de passe-passe qui transforme les bourreaux en victimes. 

    Je serais étonné que les habitants de Calais, qui goûtent depuis quelques temps les charmes du multiculturalisme et du vivre-ensemble, n’aient pas éprouvé une certaine jubilation en recevant ces nouvelles de Corse. Devraient-ils bouder leur plaisir de voir la peur pour une fois changer de camp ? S’ils ne le font pas, ils ne sont pas les seuls : d’après un très récent sondage de l’IFOP pour Atlantico, 17 % des français « approuvent » et 42 % « comprennent » cette manifestation. Une forte majorité estimerait que des manifestations similaires pourraient se produire dans d'autres villes.

    Voilà qui illustre notre exaspération devant la faiblesse d’un État qui conserve encore, Dieu merci, son monopole de l’usage légitime de la violence. Mais combien de temps encore le pourra-t-il ?  Y-a-t-il un pilote dans l’avion ?