Le NON propose trois forums. Le premier est public, accessible à tous. Le second est réservé aux adhérents du NON et n’apparaît qu’à eux. Le troisième accueille les questions techniques sur le forum. Dans tous les cas, veuillez vous identifier ou vous inscrire pour participer aux discussions. Votre contribution au débat est vivement appréciée.
Enquête sur la diversité et étude des discriminations.
  • Les média annoncent aujourd’hui à grand fracas la parution d’une étude « TeO » (Trajectoires et Origines) de l'Ined et de l'Insee sur la diversité des populations en France. Je n’ai pour l’instant pas pu lire cette étude de plus de 600 pages. Mais je ne doute pas qu’elle soit instructive.

    Toutefois, la toute première phrase du résumé disponible en ligne sur le site de l’Ined vaut qu’on s’y arrête. On nous y explique en effet que, « Pays d’immigration depuis plus d’un siècle, la France est une société multiculturelle où la diversité des origines atteint un niveau sans précédent. ».

    Pour l’Ined, donc, « la France est une société multiculturelle ». Derrière cette affirmation abrupte que le multi-culturalisme est désormais l’essence de la France, j’entends aussi qu’on veut nous persuader que le débat est clos, la messe est dite, inutile d’y revenir. Vouloir faire barrage au multi-culturalisme serait désormais aussi vain que vouloir faire un barrage contre le Pacifique.

    Conséquence logique de cette thèse de l’essence multiculturelle de la société français, les notions de culture et de civilisation françaises sont désormais obsolètes. Oubliée la définition de la France de Renan avec son « riche legs de souvenirs » et sa « volonté de continuer à faire valoir l’héritage qu’on a reçu indivis. ». Oubliée, enfoncée, dépassée.

    Au journal de midi trente, présentant cette étude, une journaliste de France culture précisait que les immigrés affirmaient massivement (à 90%) leur sentiment d’appartenance à la France, mais souffraient de ce que la société ne les voie pas français, ne les reconnaisse pas comme tels. Elle ajoutait « la raison de cette mauvaise intégration serait à rechercher non dans le repli communautaire, mais du côté d’une société qui peinerait à dépasser les stéréotypes ».

    Et voilà pourquoi votre fille est muette. 

    Et voilà désignés victimes et coupables. Tout est encore de la faute de cette fichue « société française qui peinerait à dépasser les stéréotypes ». 

    Est-ce que je me trompe en observant que ce reproche est, en toute logique, incohérent avec l’affirmation que "la France est une société multiculturelle »? À supposer que la France soit véritablement une société multiculturelle, une telle société de la « diversité » pourrait-elle générer rien d'autre qu’une grande diversité de stéréotypes dont les effets contradictoires pourraient finalement s’équilibrer? 

    Autrement dit, comment une discrimination de la « diversité » pourrait-elle être avérée sans supposer l’existence d’un ou plusieurs sous-groupe(s) alliés constituant un ensemble dominant de référence, lui même exclu de l'ensemble de  la « diversité » ? Et qu’en fait-on de ce sous-groupe ou de cette alliance de sous-groupes qui « peine à dépasser les stéréotypes » ? On l’envoie en camp de rééducation ?  Non, pas encore. Pour l’instant on rend obligatoire l’étude de l’islam pour ses enfants, et on le fait surveiller par le MRAP, la ligue des droits de l’homme,la LICRA, le CRAN, SOS Racisme etc. Au besoin, un petit tour à la XVIIe chambre, ça calme. 

    Autres questions directement liées à ces réflexions : Qu’est-ce donc que signifie « appartenir » à un groupe, si ce groupe n’est en fait qu’un agglomérat de sous-groupes? À quoi ces immigrés discriminés, interrogés dans l’étude, identifient-ils le fait d’être français ? Sur quels critères construisent-ils leur « sentiment d’appartenance » ? Comment diable peut-on avoir un « sentiment d’appartenance » qui ne rencontre pas de réciprocité? Quelle étrange « appartenance » que celle qui ne s’accompagne pas d’un accueil dans la société française. Une jeune femme peut-elle sincèrement se croire adoptée par sa belle famille si on lui fait la gueule à tous les repas ? 

    Mais le client d'une cafétéria qui remplit son plateau et avale son repas entourés d'autres clients dont certains en sont à l'entrée et les autres au café, peut-il en toute rigueur se croire "appartenir" à un groupe? Est-il fondé à se plaindre de l'indifférence des autres clients ?