Le NON propose trois forums. Le premier est public, accessible à tous. Le second est réservé aux adhérents du NON et n’apparaît qu’à eux. Le troisième accueille les questions techniques sur le forum. Dans tous les cas, veuillez vous identifier ou vous inscrire pour participer aux discussions. Votre contribution au débat est vivement appréciée.
Week-end à Béziers
  • En arrivant au « Rendez-vous de Béziers », des panneaux criards m’ont appris que j’allais participer  à une rencontre « Oz ta droite ». Robert Ménard, en omettant d’annoncer la « choz » au moment de lancer ses invitations, n’a pas fait preuve d’une grande délicatesse. Et puis ce slogan (« Oz ta droite ») m’a gêné. Moitié parce que son orthographe phonétique m’a fait penser aux simplifications orthographiques gouvernementales, moitié à cause de la police de caractères toute droite sortie d’une bande dessinée. En tous cas, je l’ai trouvé vulgaire et je pressens que cette charte graphique vieillira mal. Mais sans doute n’est elle pas destinée à durer au delà de 2017. 


    Plus sérieusement, mettre en avant la notion de « droite » (« Oz ta droite »), est-ce vraiment à la hauteur des enjeux politiques du moment ? Je sais bien que beaucoup de spécialistes, et non des moindres, restent très attachés aux catégories de « droite » et de « gauche » auxquels ils prétendent croire dur comme fer. il me semble pourtant que cet antique « clivage » n’a plus guère de substrat. 


    La formule utilisée pour rédiger ces fameuses 50 propositions n’a pas donné grand’ chose. Comment imaginer une seconde que quoique ce soit d’un peu construit sortît d’assemblées comptant plus d’une centaine de personnes? On a tout de même eu droit à quelques propositions amusantes. Un écrivain voulait qu’on obligeât tous les libraires de France à ouvrir je ne sais quels cartons que leur envoient les éditeurs. Un participant voulait à toute force que les oeuvres d’art non exposées au public fussent incorporées dans le calcul de l’assiette de l’ISF. Il en voulait tout particulièrement à ceux qui les "mettent dans leur coffre". Il ne lui était probablement pas venu à l’idée que d’autres pouvaient vouloir les accrocher à leurs murs pour simplement goûter le plaisir de leur compagnie. 


    La conférence d’ouverture de M. Denis Tillinac a révélé la grande variété des publics présents. Citant au passage les noms de Zemmour et Rioufol, l’orateur souleva des vagues enthousiastes d’applaudissements, mais celui de Finkielkraut ne suscita aucune réaction. Réaffirmant son amitié avec Jacques Chirac, Tillinac se fit même huer. Robert Ménard avait bien tenté de prévenir ce type d’ardeurs militantes en prônant une écoute respectueuse, mais une petite partie de l’auditoire avait manifestement bien du mal à changer ses habitudes.


    J’ai senti à plusieurs reprises des tensions de ce type au cours des tables rondes, intéressantes et animées, auxquelles j’ai assisté et qui concernaient la défense et la culture. Chantal Delsol a soulevé à celle-ci quelques remous par son intervention, mais sa remarquable fermeté lui a permis de calmer les indignés pavloviens et de leur donner à entendre autre chose que ce qu'ils espéraient. Invités à poser des questions aux orateurs, certains participants se lançaient dans de véhémentes professions de foi. Certains lisaient des textes interminables et rechignaient à rendre le micro, d’autres étaient submergés par leur émotion. 


    Une manifestation « antifasciste » un peu maigrelette est passée samedi pour maintenir la tradition. Il faut bien sacrifier au rite pour pouvoir continuer à croire à la gauche et à la droite. Éructations diverses et gestes obscènes ont été échangés. Je suis rentré chez moi légèrement déprimé par cet échantillon de vie politique.

  • Je suis parfaitement d’accord avec tout ce que vous dites d’“Oz ta droite”. À mon avis nous n’en sommes plus là. L’histoire s’accélère. C’est Béziers qui m’a décidé à lancer ma propre candidature. Je vais mettre ici un lien avec l’état actuel de mon “Avant-Projet”, rédigé justement pour Béziers.