Le NON propose trois forums. Le premier est public, accessible à tous. Le second est réservé aux adhérents du NON et n’apparaît qu’à eux. Le troisième accueille les questions techniques sur le forum. Dans tous les cas, veuillez vous identifier ou vous inscrire pour participer aux discussions. Votre contribution au débat est vivement appréciée.
Do not disturb
  • Je m’inquiétais dans mes derniers billets sur ce forum, de voir le mouvement « Oz ta droite » réchauffer  benoitement ces antiques catégories de droite et de gauche, et de voir la crise provoquée par la loi dite « El Kommri » délibérément dramatisée par tous ses acteurs. Je me sentais comme devant un théâtre destiné à nous distraire, nous convaincre que tout continue comme dans le bon vieux temps, nous persuader qu’il est urgent non seulement de ne rien faire, mais encore d’oublier, de nier le retour tragique de l’histoire dans nos vies sous la guise de l’islam politique pour reprendre toutes affaires cessantes notre train-train d’Homo festivus

    Comme toujours, Alain Finkielkraut formule avec la simplicité et la hauteur de vue qui lui sont habituelles, ce que je peinais à exprimer et même à concevoir véritablement. Après les derniers meurtres commis à Magnanville au nom de l’islam, Alain Finkielkraut remarquait le 19 juin  dans L’esprit de l’escalier, l’émission animée par Elisabeth Levy sur RCJ, que « le train-train politique et social n’a pas été bousculé. Tout a continué comme si de rien n’était, à la différence des massacres des 7-8-9 janvier et de celui du 13 novembre. Ce double assassinat n’a pas fait effraction, il n’a pas perturbé le cours des choses. » 

    « Nous ne sommes pas à la hauteur des événements » disait Finkielkraut. Et derrière ce « nous » il me semble qu’il ne faut pas seulement mettre le gouvernement, les partis politiques et les syndicats qui, certes, ont tous intérêt, pour leur survie, à capter notre attention par ces leurres. Les foules qui s’enivrent à l’entour des stades ou qui cassent du flic à Nantes et à Paris participent elles aussi de ce dispositif d’illusionnisme. Elles en sont les figurants, des figurants qui se mettent au premier plan, cachent la sinistre face de l’islam politique qui rode dans le fond de la scène, et recouvrent par leurs vociférations les cris de ceux qu’on assassine.

    Mais l’efficacité du dispositif de maintien de l’hébétude ne serait pas si grande si beaucoup de Français n’avaient pas une telle appétence pour ces leurres. Face aux attaques d’ennemis impitoyables et armés d’une haine absolue pour notre civilisation, la réponse des Français c’est : « do not disturb ». 

    Certains nous avait prédit cette indifférence des masses face aux crimes islamiques. Des Algériens notamment, qui ont connu avant nous cette perte des repères, cette banalisation de l’horreur islamique. Il est urgent que nous cessions de détourner nos regards, de nous accrocher aux derniers vestiges d’un confort moral et intellectuel qui sera notre honte et notre défaite. Ne soyons pas les nouveaux « Munichois ». Ouvrons les yeux et commençons par nommer ceux qui nous ont désignés comme ennemis. Exigeons-le de nos dirigeants.