Le NON propose trois forums. Le premier est public, accessible à tous. Le second est réservé aux adhérents du NON et n’apparaît qu’à eux. Le troisième accueille les questions techniques sur le forum. Dans tous les cas, veuillez vous identifier ou vous inscrire pour participer aux discussions. Votre contribution au débat est vivement appréciée.
Un témoignage
  •    Chers amis du "NON" ou futurs adhérents !
       Vous ne le savez que trop: la situation de notre pays est désespérée au delà de ce que nous aurions pu imaginer il y a quelques années encore...
       Pourtant voilà plusieurs décennies que tout est fait pour qu'il en soit ainsi. L'énumération serait interminable - du "regroupement familial" à l'accueil des "réfugiés", en passant par le "tout culturel" remplaçant toute culture..., que n'a t-il pas été mis en "oeuvre" pour que nous ne nous retrouvions pas à la veille de notre... substitution, en toute logique ! 
       Au moment où nous constatons que ceux qui ont pour mission de défendre et promouvoir ce qui nous constitue se sont donné pour objectif d'accompagner l'agonie d'une société en voie de remplacement, malgré leurs dénégations et le mensonge permanent qu'ils distillent à qui voudra bien encore les croire, nous sommes quelques-uns à leur objecter un NON qui tient du sursaut ultime, de l'indignation viscérale... Celle qui n'empêchera certes pas d'y passer, mais voilà, c'est plus fort que nous...
       Hélas, il me semble bien que nous y passerons tout de même... Question de chiffres... Combien sommes-nous ? Un peu plus à chaque attentat, après chaque mensonge décidément trop gros, chaque commémoration mêlant proches de victimes et proches de bourreaux... Mais combien sont-ils, en face, remplaçants et remplacistes côte à côte, main dans la main, z'yeux dans les yeux à lire et psalmodier les mêmes sourates du "j't'aime moi non plus et si on vivait ensemble" ?...
       Alors il ne s'agit plus que de témoigner, malgré tout. 
       Ce n'est que ma petite expérience: quelques tranches de vie, ici et là, au fil des années , qui me font penser que j'aurais préférer me passer de cette chance que représente l'immigration pour mon pays... 
       Tant qu'à formuler un voeu: J'aurais préféré que mes compatriotes continuent d'être informés dès leur prime jeunesse qu'ils sont les héritiers d'une culture tellement riche qu'ils n'auront pas assez d'une longue existence à la découvrir pour ne serait-ce qu'envisager d'en prendre la mesure... Qu'ils mettraient tellement d'ardeur et d'amour à en explorer les arts et les sciences, selon leurs affinités, que la curiosité d'en savoir plus les conduiraient naturellement vers d'autres cultures, et non l'inverse... Que cette culture ferait encore et toujours l'admiration des "Autres", à commencer par ceux qui souhaiteraient en devenir les citoyens...
       C'est ce que j'appellerais alors avoir une sacrée chance. 
       Ne devons-nous pas la tenter en soutenant Renaud Camus et tous ceux qui militent dans ce sens ?
        
       

         
      
  • Merci. Il faudrait des bonnes volontés, ne serait-ce que pour animer ce site.